Blockchain, ICO, STO, vous pensez que je parle une autre langue ? Et s’il était temps d’éclaircir tout çà !

Les entreprises disposent de plusieurs biais traditionnels pour se financer :

  • l’emprunt bancaire
  • l’equity (augmentation du capital, prêts au sein d’un groupe, etc.)
  • les levées de fonds avec droits certains ou potentiels sur le capital (OC, BSA, etc.)
  • Crowdfunding

La cryptofinance ou l’innovation technologique au service du financement des entreprises !

La cryptosphère, avide de créativité et de souplesse, ne pouvait pas rester longtemps de marbre face aux besoins des entreprises, notamment start-up du numérique.

L’idée première était de proposer des actifs numériques avec droit d’utilisation, dits utility token, et désormais appelés ICO (Initial Coin Offering). En quelques mots, on offrait la possibilité à une start-up proposant un produit ou un service innovant, d’émettre des sortes de bons, permettant à son acquéreur, une fois le projet réalisé, soit de revendre ces bons, soit d’acquérir avec le bien ou le service innovant. La start-up, contrairement à une levée de fonds classique, pouvait ainsi permettre de lever plus de fonds que via des plateformes de Crowdfunding, sans toutefois voir les droits des fondateurs se diluer au profit d’investisseurs nouveaux.

Le seul souci, c’est que le flux d’investisseurs et de néophytes sur ce nouveau marché a eu des répercussions catastrophiques. De nombreux projets n’ont pas fonctionné, des investisseurs ont perdu beaucoup d’argent, de faux projets ont émergé, et le marché a complètement effondré en 2018.

Pour éviter de reproduire les mêmes dérives, émerge tout doucement sur les marchés le STO (Security Token Offering). Ici, le mixte sera parfait, l’investisseur acquiert des actifs financiers qui pourront lui donner droit à des droits au capital, à des droits aux dividendes, etc, et l’entreprise leveuse de fonds pourra anticiper, à moyen terme, soit de racheter ces actifs, soit d’intégrer au capital ses investisseurs. Ces actifs sont également régulés et contrôlés, afin d’éviter de reproduire les schémas des ICOs. L’on se rapproche bien plus des obligations convertibles, tout en ayant la flexibilité d’un outil hydride.

Ces solutions ne sont pourtant pas si simples. L’absence de réglementation claire sur le sujet, tant en France (malgré un amendement au projet de loi de finances pour 2019 initialement prometteur mais abandonné) qu’à l’étranger (seules Malte et l’Estonie ont mis en place une réglementation sur la question), n’aide pas l’investisseur ou l’entreprise à y voir clair. L’administration fiscale n’hésite pas à taxer le moindre échange ou le moindre remboursement, à des taux iniques, et risque de souhaiter appliquer aux échanges de STO un régime similaire à celui de l’obligation convertible.

Afin de sécuriser vos différentes opérations, il est nécessaire de prendre attache des bonnes personnes. Un projet de levée de fonds en actifs numériques ne doit pas être mené à la légère.

TAX SUITS YOU s’est entouré de partenaires financiers, comptables et opérationnels, afin de pouvoir vous aider dans ces projets de levée de fonds ou de tokenisation de vos activités. Ne restez pas seuls !